Afin de rendre votre visite encore plus agréable, notre site www.policeouestbw.be utilise des cookies.

En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

Les établissements scolaires et extrascolaires (hall omnisports, piscine, académie de musique,...) peuvent être des endroits propices à la commission d’actes de délinquance les plus divers (graffiti, bris de vitre, racket, vol, incendie,...). En effet, ces types de lieux sont en général composés d’une multitude de locaux facilement accessibles, éventuellement répartis en plusieurs bâtiments. Ils font en outre l’objet d’un important va-et-vient de professeurs et d’élèves, de fournisseurs, de visiteurs, etc.

© Patrick Decorte


Ces méfaits peuvent être commis tant par des utilisateurs de l’établissement, qui profitent alors de leur connaissance des lieux pour agir à des moments où leur anonymat est garanti (période de faible affluence, lorsque les locaux sont vides,...) ou par des personnes extérieures qui se noient alors parmi les utilisateurs du lieu ou agissent durant la période de fermeture des bâtiments.

Sécuriser un tel établissement n’est donc pas une chose aisée. Des moyens efficaces existent toutefois pour améliorer cette sécurisation. Ce sont ceux-ci que nous proposons d’aborder dans ce dossier.



Définir une politique de sécurité adéquate


Comme nous avons eu l’occasion de le préciser dans de précédents articles, une sécurisation optimale d’un établissement public implique de définir une politique de sécurité.


Pour atteindre un degré d’efficacité élevé, le contenu de cette politique devra être suffisamment transversal et porter non seulement sur l’ensemble de l’établissement et des activités qui s’y déroulent mais aussi concerner tous les types d’utilisateurs (membres de la direction, employés, visiteurs,...). De plus, si le même établissement est utilisé par plusieurs organisations (école primaire dans laquelle sont organisées des activités extrascolaires en soirée), il importe que chacune d’elles soit impliquée dans l’élaboration du plan de sécurité.

Le règlement d’ordre intérieur, clairement affiché et consultable par toute personne intéressée, constitue la base de cette politique de sécurité. Ce règlement mentionnera ainsi les règles s’imposant aux personnes fréquentant l’établissement mais aussi les procédures et dispositions spécifiques en matière de sécurité (utilisation des locaux, prêt de matériel, comportement à adopter, limitation de l’utilisation de certains appareils multimédia,...).

Pour être pleinement efficace, cette politique de sécurité devra être portée à la connaissance de tous afin que chacun puisse être conscient des risques existants et de son rôle dans l’organisation et la sécurisation de l’établissement. Des actions de sensibilisation, organisées de manière périodique, pourront être menées à cet effet au moyen de brochures, de dépliants, de lettres d’information, d’affiches, de réunions avec les membres du personnel,...

Enfin, insistons sur la nécessaire implication des services de police. La définition d’une politique de sécurité s’avère en effet être l’occasion de prévoir ou revoir la collaboration entre l’établissement et la police locale, notamment pour ce qui concerne le volet techno-prévention.


Dans un prochain article, nous examinerons spécifiquement quelles mesures concrètes peuvent être mises en place pour améliorer le contrôle d’accès des établissements publics et la gestion des clés.


A.P. et Christian Arnould

Copyright : www.secunews.be